Puce RFID : un nouveau danger ?

Pass Navigo, abonnement SNCF, smartphone, billet de métro, les puces RFID sont partout. Mais quelle est cette technologie ?

Vous avez peut être déjà entendu parler des puces RFID et des dangers qu’elles peuvent engendrer. Nous allons essayer de comprendre comment cette petite puce de quelques millimètres peut apporter les plus grandes craintes…

 Une puce RFID : c’est quoi ? 
Son nom vient de l’anglais Radio Frequency IDentification. En effet, le but de ces puces est de pouvoir être identifié dans le but de transmettre une information, et cela, sans contact. Le plus souvent, la distance moyenne de communication est de 10 mètres, mais les meilleurs puces peuvent être captées jusqu’à 200 mètres. La puce peut être une carte passive (un tag), qui ne fonctionne pas avec une alimentation ou une puce alimentée continuellement en énergie.

rfid1
Schéma avec un lecteur RFID et une étiquette RFID

 Les applications : 

  • Le système de télépéage
  • Les puces pour animaux remplaçant le tatouage ou permettant le traçage et l’identification des animaux sauvages dans le but d’un suivi scientifique.
  • Les système d’antivol sur les vêtements ou sur les disques permettant de devenir inactif devant un lecteur ou bien de signaler leur présence et du coup le vol du produit.
  • Les cartes de transport (Navigo ou les cartes d’abonnement SNCF) permettant d’ouvrir les portes sans insérer mais juste en s’approchant de la borne.
  • Les cartes d’entreprise permettant l’accès à différents espaces aux employés selon leur besoin.
  • Les cartes de paiement via la norme ISO/CEI 14443 amenant le NFC (voir article).
  • Les smartphones utilisant la norme ISO/CEI 14443 pouvant s’échanger des fichiers (voir article).
  • Les conteneurs dans les zones portuaires permettant un suivi des marchandises.
  • Les bagages dans les aéroports dans le but de trier les bagages selon les destinations de leur propriétaire.
  • Les pneus permettant de connaitre l’état du pneu (usure, pression…) (voir article).
  • Les bracelets de surveillance de prisonniers assignés à résidence.

 Les contraintes : 

  • La distance est la première des contraintes. Une étiquette passive ne fonctionne que sur des courtes distances (200 mètres environ).
  • L’eau et le métal : les étiquettes passives ne peuvent émettre à travers l’eau et le métal.
  • L’alimentation en énergie pour les puces actives.
  • La multiplication des étiquettes dans un même champ engendre des collisions d’information. Il faut alors avoir des émetteurs intelligents, beaucoup plus onéreux que le simple émetteur.
rfid2
Schéma avec un lecteur RFID et plusieurs étiquettes passives renvoyant toutes une information. Le lecteur peut rencontrer beaucoup de difficulté s’il n’est pas équipé d’une technologie de lecture spatio-temporelle.

 

 Les dangers d’une utilisation abusive : 

Les puces RFID sont des puces permettant le traçage. Du coup, certains y voient un danger potentiel.

En effet, doté d’une puce RFID, un humain peut facilement être pisté en déployant des lecteurs RFID dans plusieurs espaces.Pour cela, la puce doit être une puce active, alimentée en permanence  par une pile. Difficile donc de passer inaperçu. La CNIL en France et plusieurs instances internationales soulignent que les individus portant une puce RFID (par carte par exemple) n’ont pas toujours accès aux données qui sont stockées par les entreprises. Et ceci est interdit en France. Chaque français doit avoir accès aux informations informatiques le concernant.

 En aparté : 

Même si cette technologie peut donner des sueurs froides à certains, d’autres mouchards ayant une plus grande portée équipent déjà la plupart des humains. En effet, un bijou de technologie en contient deux avec une portée pouvant atteindre plusieurs kilomètres : le téléphone et ses puces wifi et GSM.
Eteint mais toujours sur batterie, il continue à transmettre. Et ces mouchards peuvent certes aider dans les enquêtes de justice mais vont pouvoir bientôt permettre de vous afficher des publicités intéressantes sur des écrans publicitaires dans la rue comme cette petite poubelle très intelligente. Ou permettre aux forces de l’ordre de compter le nombre de personnes dans les manifestations.

Comme quoi, le danger n’est pas forcément là où nous pourrions le penser…

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Une réaction au sujet de « Puce RFID : un nouveau danger ? »

  1. Merci pour cet article très complet et intéressant, notamment sur les champs d’applications et les limites d’une telle technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *