Huawei : des enfants pour faire baisser les prix ?

7526441-samsung-un-fournisseur-accuse-de-travail-d-enfantsLes nombreuses polémiques continuent après la diffusion du reportage de Cash investigation, hier sur France 2.

Le cas Huawei.

Ceci est un cas d’école. Une toute jeune multinationale pratiquant des prix bas dans le monde de la téléphonie mobile. Et ceci, sans trop rogner sur la qualité du matériel. Forcément, car il n’y a pas de magie dans le monde informatique et du commerce, ceci doit se faire au dépend de quelque chose d’autre : innovation ? les finitions ? la fabrication ? la publicité ?

Pour le dernier point, nous avons des toutes car la société sponsorise le PSG. Il est donc clair que les trois autres points doivent d’être ceux où Huawei fait des économies.

Innovation :

Étrangement, le téléphone de Huawei ressemble à d’autres de la gamme d’Android. Rien de bien surprenant puisque même les plus grands utilisent cette méthode. Rappelez-vous les procès fleuves de Samsung et d’Apple.

Les finitions :

Il est clair que nous ne sommes pas à des niveaux des plus grands standards dans le monde du téléphone mobile avec Apple, Samsung, Nokia ou LG. Donc il est clair que les économies sont aussi de la partie dans ce domaine.

La fabrication :

C’est ce qui a surpris les journalistes de France 2 et la Twittosphère hier. Pour diminuer le prix de montage des téléphones, les sous-traitants chinois emploient beaucoup d’enfants. Parce qu’ils coutent moins chers mais aussi parce qu’ils sont plus dociles. Et il n’y a pas que la Chine. Dans les mines de minerais rares dans la République démocratique du Congo, nous retrouvons des enfants dans les mines pour les mêmes raisons.

Lors de la confrontation des journalistes face aux industriels, peu ont répondu. Huawei fuit les journalistes comme la peste, que ce soit en France ou en Chine. Mais il n’est pas le seul. Car en plus d’employer des enfants, certains financent indirectement la guerre civile en RDC tout en connaissance de cause. Samsung, Nokia, LG balaient également ses questions du revers de leur main.

Capture d’écran 2014-11-05 à 11.28.19

Du sang sur tous nos mobiles :

Mineurs, guerre civile, viols, mines qui s’effondrent, c’est le quotidien pour la petite main d’œuvre de nos téléphones portables. Plusieurs ONG tirent la sirène d’alarme mais pour l’instant la situation reste figée, comme le souligne la version française de Blood in the mobile.

Qui sont les responsables ?

Nous, société de surconsommation changeant de mobile tous les deux ans. Nous qui achetons aveuglement des produits toujours plus puissant et toujours plus beau. Nous qui croyons les industriels et leurs publicités nous vendant le respect de la nature et de notre vie. Nous, ignare candide que nous sommes, préférons également fermer les yeux plutôt qu’essayer de comprendre comment sont construits nos portables toujours moins chers pour certains.

Nous avons envie d’utiliser une phrase démoniaque de M. FABUIS « Responsable mais pas coupable ». En effet, certains diront que nous sommes les victimes de ce commerce toujours plus alléchant. Nous sommes victimes des pratiques de ces publicitaires qui arrivent à nous vendre des choses qu nous n’avions pas prévu d’acheter. Victime de cette société nous demandant toujours plus de connexion entre nous.

Mais que faire ?

Plusieurs actions sont montées, des plus pacifistes aux plus radicales.

Tout d’abord en tant que consommateurs, nous pouvons privilégier les téléphones respectant une éthique : ne pas utiliser de minerai issu de mafias locales et ne pas travailler avec des sous-traitant employant des enfants. Comme le fait l’entreprise européenne FairPhone proposant des téléphones éthiquement responsable.

Puis, plus radicalement : le bashing. Mot anglais à la mode pour dénoncer des pratiques. C’est ce que nous pouvons appeler du lynchage médiatique. Comme pour les industriels de la chaussure / basket, des mouvements se mettent en place dans le monde de la téléphonie mobile pour dénoncer ces pratiques et l’inactivité de certains gouvernements ainsi que le comportement de l’Union Européenne.

Que ce soit Apple, Samsung, LG, Alcatel, Nokia-Microsoft, ces entreprises se font de plus en plus interpeller sur leurs responsabilités. A la sortie de chaque nouveau téléphone, des manifestants sont là, devant une foule addicte de produits hight tech ne comprenant rien ou fermant les yeux sur ces groupuscules. Ils veulent nous montrer les milliers de plaintes contre ses industriels comme l’ont fait les journalistes de France 2 concernant Samsung.

Le pire dans cette histoire, c’est que le secteur de la téléphonie mobile n’est pas le seul utilisant ces pratiques. Mais ça, c’est une autre histoire…

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Une réaction au sujet de « Huawei : des enfants pour faire baisser les prix ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *