Tout le monde sur la planète Internet s’émoustille, Google Plus pourrait vivre ces dernières heures…

L’étincelle est venue suite à l’annonce de l’ancien directeur Vic Gundotra de Google Plus :


 Nous ne connaissons pas son futur projet, mais la planète entière craint pour son bébé : Google Plus.

Qu’est ce que Google + ?

C’est le réseau social de Google pour contrer le géant Facebook. Mais la bataille était loin d’être gagnée car Facebook est très ancré chez les internautes. Depuis son lancement, Google a essayé de séduire le plus large public mais la mayonnaise n’a jamais vraiment pris. Les utilisateurs ne viennent pas en masse, un échec.

Quel est l’intérêt d’un réseau social ?

Le but d’un réseau social est de partager des informations sur Internet : Photos, vidéos, humeurs, rumeurs… Nous avons vu que les réseaux sociaux ont participer à de grands mouvements. Certains réseaux sociaux permettent également de rencontrer d’autres personnes dans le milieu professionnel.

Comment c’est financer ?

Par nos informations, que nous laissons à droite à gauche. Ceci, dans le but de nous afficher une publicité répondant mieux à nos attentes, pour que nous cliquions plus facilement. Nous nous rendons vite compte que l’objectif premier d’un réseau social, c’est d’avoir un maximum de personnes pour cliquer sur ses publicités. Partages de données, jeux, tout est bon pour vous faire rester le plus longtemps sur le réseau et être tenté de cliquer sur les publicités.

google plus

Pas facile.

Même Facebook lutte pour se maintenir en vie. Malgré une entrée loupée en bourse, Facebook a réussi à remonter la pente après une longue traversée du désert. Pour ne pas se laisser mourir, Facebook achète à tout va et fait des partenariats. Le but, gagner toujours plus de monde et toucher toutes les générations. Pour qu’un réseau social survivre, il doit être partout et connaître le maximum de choses sur ses utilisateurs, pour mieux cibler la publicité.

Problème ?

Facebook n’arrive pas à aller au delà de l’écran. Il est piégé dans le domaine virtuel ce qui limite la publicité. Certes, il sait où vous êtes à chaque connexion, mais ça ne suffit pas. Les experts économiques ont toujours du mal à voir un financement durable pour Facebook et Twitter.

Un avantage pour Google ?

Le plus important dans un réseau social, n’est pas forcément ce qu’il se passe dans la partie immergée mais dans la partie dans l’ombre. Et le géant Google le sait très bien. Sur Internet, beaucoup de sociologues craignent ce que peut savoir Google sur nous. Même si son réseau a moins de la moitié que son rival Facebook, Google connait beaucoup plus de chose sur ses utilisateurs.

Gmail, Google Search, Picasa, Youtube, Gmaps, Waze, Google flux, Android, PlayStore gravitent ou graviteront autour de Google +. Google va être capable d’être sur tous les fronts, mais surtout, sa régie publicitaire va pratiquement tout savoir sur vous. Elle va pouvoir mélanger votre vie réelle et votre vie virtuelle pour mieux répondre à vos attentes publicitaires. De la publicité sur votre ordinateur, GPS, voire les panneaux publicitaires physiques, Google va bientôt pouvoir prendre le pouvoir.

Google-Plus

Mais quel avenir pour son réseau Google Plus ?

Il y a deux choix pour Google.

Le premier, persévérer. Il le faut car la chute de son réseau pourrait freiner la fusion des bases de données de ses différents services, et du coup, rendre plus difficile la publicité ciblée et locale. Et il a les moyens de le faire avec ses services phares : Gmail, Youtube, Gmaps/Waze, la Recherche, Actualités et même Hangouts, chose que n’a pas pour le moment Facebook qui lui n’a que son réseau social et ses deux messageries pour avoir toujours plus d’informations sur vous.

Le deuxième, le cacher. Google pourrait en effet reconnaitre un échec et ne plus développer son réseau. Il serait cacher dans ses services. Son réseau social serait l’addition de tous ses services avec une seule identification. Toujours dans le but de proposer de la publicité locale personnalisée.

Conclusion :

La mort de Google Plus ne devrait pas affecter Google mais laisserait Facebook seul sur ce marché. Ceci est dangereux car Facebook pourrait se faire un trésor de guerre et venir sur les plates bandes de Google. Nous le voyons, l’équation n’est pas facile pour Google. Et affirmer que son réseau est mort, sans aucune âme, c’est sans compter sur la communauté de Google qui soutient beaucoup plus la marque que celle de Facebook.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *