Google a gagné face à l’Etat Français.

google1

Vous l’avez lu partout sur Internet, Google va débourser la très grande somme de 60 millions d’euros.

Les faits :

Les plus grands journaux papiers avaient mis la pression sur Google : soit il paye, soit il ne référence plus leur site ! Certains pays n’avaient pas trouvé d’accord avec le géant de l’internet. D’autres, comme la Belgique avait trouvé un accord financier que les français voulaient également l’avoir. La situation aurait pu rester coincer longtemps si le gouvernement n’avait pas mis la pression. Soit Google aidait la presse ou le fisc allait s’intéresser de très près à son évasion fiscale irlandaise.

Du coup, Google accepte de donner 60 millions d’euros.

Les gains :

Pour la presse, 60 millions d’euros donc qui vont permettre de financer les journaux. Le médiateur Marc Schwartz a voulu rassurer ce vendredi. Il a déclaré que les aides iront « à la presse quotidienne nationale, à la presse quotidienne régionale, aux magazines d’information politique et générale, et aux pure players web d’information politique et générale », en excluant la presse récréative ou de divertissement. « C’est la catégorie que nous aidons déjà », a souligné François Hollande.

Pour Google, il y a beaucoup plus de gain. En effet, il récupère la régie publicitaire de cette presse. Les régies publicitaires autonomes vont apprécier. De plus, le géant de l’internet comptait sortir sur son PlayStore (magasin en ligne Android) le PlayMagazine. Du coup, cet accord va surement faciliter les discussions avec les principaux intéressés puisque maintenant il s’occupe de la publicité, de la redirection…

La presse indépendante qui sera absente de cette accord espère que les grands journaux ne vendront pas leur éthique au géant américain. Car en se faisant Googleliser, peuvent-ils rester indépendant vis à vis de l’exil fiscale de Google ? Car ils étaient déjà dépendant de l’audience, maintenant ils sont dépendants économiquement.

Les autres :

Martin Rogard, vice-président de Dailymotion s’interroge sur Twitter de cette nouvelle relation entre Google et la presse Française.

 

 

En effet, Dailymotion n’échappe pas à la fiscalité française, pourquoi son concurrent Youtube y échapperait ? 

De plus, les petites éditeurs milites pour une distribution plus large de ce reversement, ce que les grands groupes refusent. Moins il y a d’acteur dans cette redistribution et plus la part du gateau sera la plus grosse.

Mais pourquoi Google ?

Parce qu’il gagne 1,4 millard de dollars grace aux français. Et ce pactole passe en grande partie sous le nez du fisc français. De plus, la situation économique des grands quotidien est catastrophique. Que ce soit Le Monde ou Le Figaro, tous vivent sous la perfusion de l’Etat Français qui déverse pour la presse nationale plus d’un millard d’euros. A cela, il fallait ajouter que la taxe sur les liens hypertext était un coup de bluff qui ne pouvait être mis en place pour des raisons techniques. L’Etat et la presse quotidienne classique n’étaient pas dans une posture avantageuse face au géant de l’internet.

Et la fiscalité ?

Pour l’instant, l’Europe attend une étude française sur la fiscalité des géants de l’Internet, mais pour l’heure, il n’y a aucun changement. La situation de Google à Dublin est connue de tous depuis des années, pareil pour Amazon.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *