Futuroscope : le parc du passé ?

Le parc du Futuroscope est situé dans la Vienne à 10 km au nord de Poitiers et est centré sur le multimédia et les techniques cinématographiques, audiovisuelles et robotiques. Depuis le 14 Janvier 2011, la société du parc du Futuroscope gère le parc à thème. Cette société est détenue à 45 % par la Compagnie des  Alpes (filiale de la caisse des dépôts et consignations gérant les pistes skiables et d’autres pacs comme Walibi ou Astérix).  Le but de cette société est de dynamiser le loisir en France et en Europe dans plusieurs domaines.

Un dynamisme perdu.
Le parc semble avoir été oublié dans le dynamisme de la Compagnie des Alpes et le Conseil Général de la Vienne. La visite, hors saison, pendant les vacances de la Toussaint, nous amène dans un parc figé dans le temps. Le temps gris aide à la mise en place de cette atmosphère. En 1987, lors de sa création, le parc devait être un parc moderne. En 2012, il appartiendrait presque au passé, coincé dans les années 90. Regardez les cartes postales de l’époque, vous verrez que presque rien n’a changé. Et quand vous vous baladez à travers les bâtiments et attractions, vous sentez l’esprit 90’s vous entourer. Cette ambiance se retrouve dans plusieurs attractions tel que l’aventure d’un homme de l’aéropostale, la visite de la Vienne ou lors du visionnage d’un fil sur les pandas durant 50 minutes.

Des attractions ?
Le parc est constitué de plusieurs attractions,  ou plutôt de plusieurs salles de cinéma. Certes, c’est impressionnant de regarder un film sur un écran d’une surface de deux terrains de tennis (à vérifier avec un mètre…) mais nous ne sommes pas obligés de subir un film sans jeu d’acteur durant les 50 minutes. Bien sur, le film est projeté en 2D pelliculaire. Si vous êtes un habitué des grandes salles de cinéma en 3D, apprêtez-vous à faire un petit bond en arrière. Le pire, c’est que vous ne pouvez même pas vous évadé. Et quand vous allez dans une salle projetant un film en 3D, nous vous lançons le pari de trouver les effets 3D. Même George Lucas fait mieux avec la nouvelle version de Star Wars, c’est pour dire…

Les planétariums :
Les planétariums sont une sorte de boule où l’écran est bombé. Les sièges sont confortables même si parfois nous n’avons pas beaucoup de place, surement pour nous éviter de nous endormir.  Nous pouvons nous attendre à être subjugué par cet écran nous expliquant les secrets de l’univers ou de l’ISS. Sauf, rien est adapté à l’écran qui n’est pas plat. Du coup, au lieu d’avoir une fusée en perspective, vous la voyez tordue tout comme les personnes et l’ISS. Nous nous demandons comment des ingénieurs ont pu valider une telle attraction qui nous oblige à tourner la tête dans tous les sens pour avoir une vision plus ou moins correct.

Parc à thème ?
Pour la haute saison, peut être, mais pas pour la basse saison. Le parc est vide de toute animation. Déjà dans les grand parc, vous cherchez les personnages, alors au Futuroscope, vous pouvez toujours chercher. Pour les trouver, rendez-vous dans les magasins pour les avoir en peluches ou autres « nids à poussière ». Ne vous attendez pas à croiser Arthur ou les autres héros du parc, avec un peu de chance, vous croiserez au mieux un employer du parc. Et si vous mangez à la table d’Arthur, attendez-vous plutôt à manger à la table des visiteurs…

Un parc qui vieillit mal :
La plupart des attractions supportent les stigmates du temps qui passe. Et quand il y a des attractions des années 2000, elles sont en maintenance comme Danse avec les robots. Vous pourrez tout de même détruire le 8ème continent sur des scooters des mers en visant le moins possible tant la précision est efficace. La seule attraction qui sortait donc du lot était donc celle d’Arthur où les effets sont vraiment bluffant. Une fois l’attraction terminée, vous retombez dans les années 90′.

Conclusion :
Le Futuroscope pourrait être un parc innovant et original s’il s’en donnait les moyens. Les attractions vieillissent et lui font perdre son coté « Futuriste ». Ne cherchez pas à être sans cesse surpris par la 3D, 4D… ou même par des hologrammes… Une chaîne américaine s’était donnée les moyens d’en faire, dommage que les dirigeants du Futuroscope ne l’ont pas regardée.
Il pourrait nous emmener dans le domaine de l’éco-technologie mais il préfère nous montrer de vieux reportages sur les pandas. Le parc a de bonnes idées mais hélas, il ne les exploite pas jusqu’au bout. Et le peut qu’il a, il nous les repasse sans arrêt.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *