Free, le vautour des télécoms.

vautour

Il attend bien sagement…

Le 10 janvier 2012, Free faisait à nouveau trembler les télécoms. Non pas avec une nouvelle offre ADSL mais en se laçant sur le marché de la téléphonie mobile. Comme à son habitude, Free casse les prix. Les MVNO (Mobile Virtual Network Operator), les opérateurs mobiles virtuels protestent et crient scandale sur la location du réseau Free jugé trop cher. Et ils savent bien qu’ils ne vont pas résister longtemps à Free.

Et récemment, ils se font racheter les uns après les autres pour leur base de clients, comme nous avons pu le voir avec le rachat d’NRJ Mobile par Numéricable qui a une appétit débordante après le rachat d’SFR.

bouygues

Qui craint le plus, peut le moins ?

Celui qui craint le plus dans cette jungle des télécoms, est celui dont on parle le plus : Bouygues Télécom. En effet, la maison mère Bouygues doit retrouver beaucoup de liquidité pour rembourser une partie de sa dette. Alstom est dans le collimateur pour être cédé. Mais hélas pour Martin Bouygues, l’État a mis son nez dedans et Martin peut toujours attendre pour récupérer son argent. Il avait participé au capital d’Alstom contre sa volonté mais pour aider son ami, un certain Nicolas Sarkozy.

Je me suis acheté un château, ce n’est pas pour laisser les romanichels venir sur les pelouses !

Célèbre phrase de Martin Bouygues qu’il doit surement regretter car le lancement de Freemobile a largement exploité ces derniers mots. Martin Bouygues continuera de dire qu’il préfère mourir que de vendre Bouygues Télécom à Free. Sauf que dans les négociations pour l’acquisition d’SFR, à qui devait revenir les antennes ainsi que les fréquences en Or de la 4G ? A Free.

Nouvelle discussion à l’heure actuelle pour mourir décemment, fusionnant avec Orange, l’opérateur historique. Et là, une nouvelle fois, à qui doit revenir les antennes ainsi que les fréquences 4G en Or ? A Free…

tps

Un échec.

Ce n’est pas le premier pour Martin Bouygues. Souvenez-vous de TPS, l’opérateur satellite lancé par Bouygues en 1997 pour contrer Canal Sat, un échec.

Souvenez-vous également de la fronde lancé par Martin Bouygues contre la TNT. Martin criait à qui voulait l’entendre que la TNT serait un échec et qu’il ne voulait pas en entendre parler. Il était hors de question de mettre une de ses filiales LCI dans la paquet de base de la TNT. Nouvel échec et si LCI n’entre pas dans la nouvelle offre de la TNT, Martin Bouygues a déjà annoncé qu’il y mettra fin.

Bouygues Télécom pourrait être le troisième plus gros échec de Martin Bouygues dans les médias-télécoms. En attendant, Free mobile n’est plus uniquement sur le gazon du château mais également entrain de tourner au dessus de lui dans l’attente d’une future acquisition suite à une mort certaine de Bouygues Télécom.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *