Capture d’écran 2013-12-21 à 09.04.46

Il n’y a pas qu’en France où nous pouvons entendre des « casse-toi pauvre con » ou voir des bus saccagés…

La baie de San Francisco risque d’être la scène d’affrontement de plus en plus violent.

Tout le monde connait la Silicon Valley, haut lieu de technologie du monde entier où sont présents les plus grands du monde de l’Internet : Apple, Google, Facebook… Et chaque société emploie plusieurs milliers de personnes ayant un revenu confortable. Et quand nous gagnons bien notre vie, nous nous installons dans des villes où il fait bon vivre. Et pour y parvenir, les sociétés de la haute technologie affrètent des bus pour acheminer ses employées vers ses sites, tout cela dans un esprit d’écologie.

Où est le problème ?
Là où ça coince, et sur le fait où ces nouveaux riches arrivent par milliers dans des quartiers de la baie de San Francisco et les environs. Du coup, les loyers grimpent rendant la vie difficile pour les habitants de ces quartiers, qui eux, n’ont pas le même salaire et sont dont amené à quitter leurs quartiers s’ils veulent survivent. Car comme le racontent certains militants, « il est de plus en plus difficile de suivre l’inflation des loyers dans certains quartiers ».

 

Et la violence fut.
Ce sentant oublié ou victime du milieu économique, les habitants se sont rassemblés en petits groupes et ont mené des actions coup de poing plus ou moins violent. Plusieurs bus ont été simplement invité à s’arrêter ou tout bonnement violenté : vitres brisées. A cela, ajoutons  des slogans du genre : « Google dégage » comme le relate ce tweet.

 

Mais que fait l’Etat ?
Pour l’instant par grand chose. Le maire de la baie Ed Lee essaie de calmer le jeu en indiquant que ces sociétés de haute technologie ne représentait que 8 % de la richesse de la région. Mais pas certain que ce message d’apaisement soit vraiment efficace.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *