Candy Crush ne casse pas des bonbons…

candycrush sagaKing, la société de production de jeux sur téléphone portable a loupé son lancement en bourse.

Les débuts difficiles à Wall Street mercredi de King Digital Entertainment, l’éditeur britannique du populaire jeu vidéo Candy Crush, reflètent l’ampleur du défi qu’il doit relever pour espérer séduire les investisseurs dans le futur: la création d’un nouveau hit.

Dès ses premières heures de cotation à Wall Street, sur le New York Stock Exchange, l’action « KING » a chuté d’emblée de plus de 9%.

Ce niveau valorise l’ensemble de la société à près de 6,41 milliards de dollars, loin de la valorisation de 6,6 à 7,6 milliards envisagées il y a deux semaines par King. (Source AFP).

Il faut dire que les investisseurs ont de quoi avoir peur, King suit la même direction que Zinga qui a descendu au fin fond des abysses. Rappelez-vous, Zinga s’était fait connaître grâce à Cityville. Et ils n’ont jamais réussi à se réinventer pour palier à la baisse du nombre d’utilisateurs de leur jeu star. Et King suit la même direction. Des bonbons, des animaux, le contexte change mais pas la dynamique du jeu. Et cela inquiète beaucoup le marché.

La société britannique va-t-elle déjoué les pronostiques ? Affaire à suivre…

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *