#Adgate : Free Vs Google : Acte 2

05512027-photo-logo-free En quelques jours, l’affaire avance…

Mme Pellerin, Ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, va prendre le dossier en main.

Dès la semaine prochaine, le gouvernement va tenter de réunir les différents intervenants de l’industrie d’Internet Lundi à 9h : Réunion avec des représentants des éditeurs, régies et annonceurs Internet au sujet du blocage de la publicité sur le par la Freebox Revolution de Free.

Tout de suite après, Mme Pellerin va rencontrer Maxime LOMBARDINI, directeur général et administrateur du groupe Iliad – Free.

En même temps, Google a eu une légère réaction via un porte-parole  a indiqué à l’AFP que le groupe américain avait «constaté les mesures prises par Free» et était «en train d’analyser la situation».

promos_offres_FreeQuelle situation ?

Free a eu vent qu’Orange avait conclu un accord avec le géant américain pour avoir un retour sur les bénéfices de Google réalisé en France. SFR et Bouygues essayaient de trouver un accord également. Il ne faut pas oublier que Free est également en désaccord sur la bande passante que Youtube prend sans fournir d’effort économique. En effet, Free demandait à Google, propriétaire de Youtube, d’investir également dans la bande passante entre les deux entités. Chose que Google ne voulait pas faire.

Pour se faire entendre, Free a tout simplement décidé de bloquer la publicité. Monsieur Niel aurait choisi une période plutôt creuse pour la publicité en ligne pour ne pas « trop » nuire à l’économie sur Internet.

N’oublions pas que la publicité en ligne est à l’origine de plusieurs problèmes, notamment celui contre les journaux papiers.

Quel a été l’impact ?

L’impact de ce blocage est minime vis à vis de la situation économique de Google. Mais Free a un peu plus de 5 millions d’abonnés. Le manque à gagner pour la société serait d’un peu plus d’un million d’euros par jour. N’oublions pas que certaines régies publicitaires étaient également affectés sans oublier les services de Google Analytics.

Quelles sont les réactions ?

Même si pour l’heure, Google n’a pas trop réagi, du moins ne l’a pas dit en public, les entrepreneurs ne l’ont pas entendu de cette même oreille. Eux n’ont pas des millions d’euros par jour. Selon le site du Parisien.fr, un collectif aurait même était créé.

Une pétition du collectif « AntiBloquePubFree »
La mesure décidée par Free fait réagir certains entrepreneurs du net. Uncollectif « AntiBloquePubFree », créé à l’initiative de l’un d’eux, Joris Wacholder, créateur de sites web basé à Lorient (Morbihan), lance une pétition pour que Free modifie l’activation par défaut de sa mise à jour du 3 janvier. Le collectif constate que, «d’après les premiers tests réalisés par PC Inpact, ce nouveau dispositif bloque de manière aléatoire les publicités. Le plus souvent, les pubs de Google ne s’affichent plus, peu importe le navigateur utilisé. La fonction impacterait jusqu’aux pubs affichées dans les vidéos YouTube, mais pas celles de Dailymotion». A l’appui de sa pétition, le collectif avance un argument : «Cette option devrait être mal vue par une autorité de la concurrence puisqu’elle pourrait impacter, voire entraver, l’activité économique de nombreux sites web dont le modèle repose sur la publicité. Le code pénal interdit toute entrave à une activité commerciale par une personne physique ou morale.»

Source : lien.

L'article vous a plu ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *